Mois du Japon, koï
La carpe koï (鯉, koi) est un poisson ornemental venant du Japon. Son nom est la contraction du terme « nishikigoi » (錦鯉, « nishikigoi » littéralement « carpe de brocart »). La carpe koï arbore diverses couleurs : rouge, blanc, jaune, noir, etc. Certaines variétés colorées sont très prisées par les collectionneurs et peuvent atteindre des prix records alors qu’elles ne sont encore âgées que d’environ deux ans.
Les carpes koï ont une place importante dans la culture japonaise, où elles sont un symbole d’amour et de virilité. Leur succès s’est étendu partout où ces poissons ont été exportés, elles apportent beaucoup de charme et de dynamisme à un bassin de jardin.
Plus précisément, elles représentent la force et la persévérance, du fait qu’elles remontent à contre-courant les rivières et cascades du Japon et d’Asie. Selon la légende chinoise, les carpes du fleuve Jaune, après avoir remonté le fleuve, s’envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l’origine au Japon des koi-nobori (鯉幟, koi-nobori lit. « bannière carpe »), des manches à air en forme de carpes koï utilisées lors de la journée des enfants le 5 mai, ayant jadis pour objet d’encourager les garçons à être forts et valeureux.
On raconte que le philosophe Confucius reçut une carpe koï de la part du roi et aurait nommé son fils d’après ce poisson, car il était le seul à pouvoir remonter les chutes du fleuve Jaune. (Texte : Wikipedia)